Le cancer colorectal

 

Définition et anatomie

 

Le côlon fait partie du tube digestif. Il est situé dans l’abdomen, entre l’intestin grêle et le rectum. Il mesure environ 1,5 mètre de long. Il a pour fonction principale de constituer les matières fécales.

 

Le côlon se divise en 4 segments :

  • Le côlon droit ou côlon ascendant
  • Le côlon transverse
  • Le côlon gauche ou côlon descendant
  • Le côlon sigmoïde, dernière portion du côlon avant le rectum.

Le cancer colorectal est une prolifération de cellules maligne à partir de la muqueuse du côlon ou du rectum. Dans 80% des cas, il se développe à partir d’une tumeur bénigne appelée polype adénomateux.

 

 

Quelques chiffres
Le cancer colorectal est un cancer fréquent, il touche près de 42 000 personnes chaque année, un peu plus d’hommes (53%) que de femmes (47%). Dans plus de 9 cas sur 10, il survient chez des personnes âgées de plus de 50 ans.
C’est un cancer grave, il représente la deuxième cause de décès par cancer en France après le cancer du poumon.

 

 

Les facteurs de risque

 

On distingue 3 niveaux de risque vis-à-vis du cancer colorectal :

 

  • Les personnes à risque moyen
    Ce sont les hommes et les femmes de plus de 50 ans
     
  • Les personnes à risque élevé
    - Personnes ayant déjà eu un cancer colorectal ou un adénome
    - Personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal ou d’adénome avancé (1 parent du 1er degré avant 65 ans ou 2 parents du 1er degré quelque soit l’âge)
    - Personnes ayant des antécédents personnels de maladie inflammatoire chronique (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique)
     
  • Personnes à risque très élevé
    - Personnes atteintes de polypose adénomateuse familiale
    - Personnes atteintes du syndrome de Lynch (cancer colorectal héréditaire non polyposique)

 

Dépisté tôt, un cancer colorectal guérit dans 9 cas sur 10, mais le cancer colorectal au début de son évolution est souvent sans symptôme. Le diagnostic de ce cancer est ainsi souvent porté avec retard.

Les premiers signes d’apparition de la maladie (modifications du transit, douleurs abdominales, sang visible dans les selles, amaigrissement, anémie, faux besoins) sont souvent tardifs et non spécifiques.

 

 

Le traitement du cancer colorectal

 

Chaque cancer est unique et se définit notamment en fonction de sa localisation, de sa profondeur dans la paroi, de l’atteinte ou non des ganglions et de la présence ou non de métastases au niveau d’autres organes. Le choix du traitement est donc adapté à chaque situation. Il repose sur la chirurgie et éventuellement des traitements dits adjuvants : chimiothérapie, radiothérapie. L’indication d’un traitement adjuvant dépend du stade et de la localisation du cancer.

 

Plus d'informations sur le site Internet de l'Institut National du Cancer INCa.